La noce, là où le public est au coeur de l'action

Entremêlant théâtre, fête et musique, la pièce La noce, une comédie bien québécoise écrite par Robert Duparc et mise en scène par Stéphane Bélanger, risque d'en surprendre plus d'un. Le metteur en scène semble ici s'adonner au théâtre immersif, et amener son public au coeur de l'action. Oublions donc la scène traditionnelle avec un public passif, et place à une soirée enivrante où les acteurs se mêlent au public. De là vient tout l'intérêt de la pièce. Évidemment, cela laissera place quelquefois à de l'improvisation, selon les aléas des interactions avec le public.

C'est la deuxième année que le TNC utilise la salle Louis-Philippe-Poisson en janvier pour y présenter des productions plus expérimentales. L'an passé, avec Huis clos, la production cumulait des salles presque combles soir après soir. On veut répéter l'expérience cette année, cette fois avec une histoire plus joyeuse, et en impliquant le public davantage.

C'est que l'histoire se passe dans une salle de réception, en l'occurrence la salle Louis-Philippe-Poisson, où des tables seront disposées comme s'il s'agissait d'une vraie noce. Les gens sont invités à s'habiller comme s'il s'agissait d'une vraie noce. Des serveurs, comme... enfin, vous avez compris. Tout est conçu afin de donner l'impression au public d'être dans une soirée de mariage des années 80, moment où l'Église était encore présente, et "quand on mariait ses enfants chrétiennement, c’était mieux que de les marier civilement".

On peut déjà donc dire qu'assister à la noce, c'est vivre une expérience théâtrale hors du commun. Dépêchez-vous de réserver vos places; ces dernières sont limitées. Vous aurez plus d'information en consultant la page de la production.